Indignation au sujet du livre « Confessions d’une Voyante »

28 09 2013
confessions_d_une_voyante

Un bon coup de gueule vis à vis de L’auteure de « Confessions d’une Voyante ».  Elle dénonce les pratiques abusives des plates-formes de voyance, l’addiction à la voyance, la vulnérabilité des clientes.

Celle qui fut condamnée autrefois à 1 an de prison pour avoir braqué un bureau de tabac « par nécessité » (confère l’article du Figaro Madame), n’est pas plus voyante que les poules ont des dents.
Pourtant, elle écrit un livre dénigrant la profession, dont finalement elle ne fait pas partie. D’ailleurs, comme tous les gens qui n’en sont pas vraiment, elle a arrêté.

http://inad.info
http://inad.info

Monsieur Youcef Sissaoui , (que j’adore) a préfacé cet ouvrage, cautionnant la dénonciation des abus de la voyance. Monsieur Sissaoui est le fondateur de l’INAD, l’institut National des Arts Divinatoires. Il lutte contre les abus du monde de la voyance, ce qui est plutôt bien… il arrive même à protéger certains voyants mis dans des situations difficiles
(j’ai d’ailleurs signé la charte éthique de l’INAD, dès que je me suis installée).

Voilà un livre qui met un peut plus les gens dans le doute. Et si la voyance n’existait pas ? et si en consultant on allait automatiquement se faire arnaquer ? et si le voyant n’était qu’un psychologue exerçant sans diplôme ? et si, et si ?…

Je rassure ceux qui avaient des doutes, la voyance existe bel et bien, la médiumnité aussi. Souvent, c’est un don de naissance. C’est un cadeau avec lequel on est né. Quelquefois on s’en serait bien passé, mais nous l’avons et c’est ainsi.
La voyance peut aussi se déclencher après un gros choc, voire même après une expérience de mort retour (EMI).
De plus, en travaillant sur soi avec des techniques énergétiques, les ressentis peuvent s’amplifier et nous amener à la voyance.

Etre voyante, c’est avoir des « Flashs », des intuitions fulgurantes, des images, des bandes annonces comme au cinéma. Cela peut être aussi de la clairaudience.
Cela ne peut se voir dans les cartes. Lire dans les cartes, c’est de la Cartomancie. Cela s’apprend et s’interprète. C’est comme la musique. On apprend le solfège, ce n’est pas pour autant qu’on va écrire un opéra comme Mozart.

Pratiquer la Voyance c’est comme jouer d’un instrument, le nôtre. On développe sa capacité à « capter » l’invisible, à l’explorer, à aller au-delà du présent. On fait la cueillette des évènements futurs et on les amène à la connaissance de notre clientèle. Il faut un certain courage au voyant pour se laisser aller à cet exercice. Il ne faut pas avoir peur d’être fou. Il faut être équilibré et capable d’entendre des choses inconfortables. Il faut être capable de prendre du recul sur la souffrance que nous entendons.

Un bon voyant ne met pas en dépendance. Un bon voyant laisse aussi un temps de parole. On ne balance pas des informations sans aider la personne à les intégrer dans sa vie. Il est hors de question qu’elle reparte confuse et malheureuse.

Bien sur, vous n’aurez pas cela sur une plate-forme audiotel mais la clientèle qui la consulte s’en fiche totalement. Elle veut savoir si oui ou non, elle va revoir l’être aimé et dîner le lendemain soir avec lui pour enchaîner sur une séance de galipettes… c’est humain. Quelquefois, ce n’est que cela, de la consommation immédiate qui apaise un questionnement superficiel.

Le voyant va prendre le temps, sans compter à la minute. Il se met au service de la personne qui le consulte. Le voyant va vibrer, rire, pleurer en empathie, parce qu’il est aussi un être humain. Il arrive que parfois il se trompe, parce qu’il est humain. Et en général, il donne les réponses justes, d’un air détaché. Le vrai voyant n’a pas besoin de frimer ou de reconnaissance. Il est « heureux » d’avoir pu se rendre utile et, délice suprême, de vivre de sa passion.

Ce type d’ouvrage est du pain béni pour les médias, qui s’en font le relais. Quelle hypocrisie. Ce sont ces mêmes médias qui « vendent » des Horoscopes à leurs lecteurs, sinon leur audience serait moindre.

Ce sont ces mêmes médias dont les journalistes ont leur voyant attitré depuis des années. Alors stop à ce jeu de dupes. Il ne fait qu’inciter les gens sans scrupule à « arnaquer » les voyants, les vrais, ceux qui sont clairs, identifiés, sympas et généreux.

Cette auteure aurait du intituler son livre « confessions d’une usurpatrice », puisqu’elle n’est pas voyante. Elle a trouvé un filon pour se faire mousser au détriment des vrais voyants.

Elle fait l’objet d’articles dans la presse et même au JT de 20 heure ce jour, 28 septembre 2013.

Hélas pour cet auteure, nos client(e)s nous connaissent et ont appréciés nos prédictions car elles les ont « aidées ». Oui, nous aidons les gens. Nous les aimons, nous avons envie qu’ils s’en sortent et qu’il réussissent dans leurs choix de vie. Parce qu’une personne heureuse en rend d’autres heureuses aussi. C’est comme cela que nous avançons tous, de manière positive.

On ne devient pas voyant pour sortir de ses dettes, on le fait parce que la voyance fait partie de nous. On ne dit pas aux gens ce qu’ils veulent entendre. On leur dit ce que l’on voit pour eux. Il faut du courage pour venir consulter car cela implique que vous allez entendre des choses qui peuvent être inconfortables.
Les voyants ne sont pas des illuminés qui ne savent pas se remettre en question. Ce sont des personnes qui ont souvent été « appelées » par ce métier. D’ailleurs est-ce un métier ? c’est plutôt un état d’être.

Quand à l’Horoscope qu’elle n’a même plus envie de lire, sachez qu’il faut un travail très méticuleux pour arriver à en faire un sérieusement… et je sais de quoi je parle.

IL faut regarder les positions planétaires du jour, celles qui sont calculées par la NASA. Il faut interpréter les signes dans lesquelles sont les planètes, les correspondances entre elles ainsi que les domaines de vie correspondant aux 12 maisons Astrologiques.

Pour info, la 1ère maison correspond à l’Ascendant. Donc il vaut mieux regarder votre Horoscope selon votre Ascendant d’abord. Ensuite, vous regarderez les tendances de votre signe. Vous verrez que cela est beaucoup plus proche de la vérité. Très peu de personnes ont leur soleil en maison I (celle de l’Ascendant). Voilà, c’est une question de technique et « d’apprendre » une « science ».

L’Astrologie s’apprend. La Cartomancie s’apprend. Comme toute pratique, elle comporte des interprètes doués et d’autres qui devraient mieux travailler avant de se lancer.

La Voyance est un état d’être, la Médiumnité aussi. C’est par la médiumnité que l’on fait canal avec les défunts et les êtres plus spirituels.
Et oui, le monde de la Voyance et de la Médiumnité est un monde plein de poésie, de spiritualité, de compassion, d’empathie, de tendresse et de générosité. On ne peut « donner » une consultation que si on est serein, tranquille, ouvert et disponible.

C’est aussi pour cela que la consultation a un coût. On ne peut pas en faire beaucoup, car on puise dans sa matière nerveuse. On peut se retrouver en état d’hypoglycémie. On met un espace de temps, dans un endroit confortable et tranquille à la disposition de la personne qui vient nous consulter. On paye des impôts, le RSI, le loyer, l’électricité et le chauffage. Il est juste que tout ceci soit pris en compte.

Enfin, pour finir, les vrais voyants et Médiums, restent longtemps dans leur profession. Ils aident énormément de personnes et donnent de la force aux gens, sans les mettre en dépendance…. parce que sinon, ce serait inintéressant.
Les vrais voyants moralisent la profession. Ils ont une éthique professionnelle et personnelle. Et au final, c’es un « cadeau » du ciel. Un jour il est donné, un jour il peut être retiré. C’est un don à traiter avec un infini respect. Les clients qui consultent l’ont déjà compris depuis longtemps.

http://madame.lefigaro.fr/societe/denoncer-cet-abus-de-confiance-260913-559180

http://www.angelique.fr/v3/

Je vous invite à lire le droit de réponse de L’auteure en question, ainsi que les réponses de mes consoeurs et confrères.








%d blogueurs aiment cette page :